MARCO FORTIER

«Des photos d’élèves nues qui circulent sur les réseaux sociaux, des attouchements dans les corridors, du harcèlement : le nouveau Protecteur de l’élève est mal adapté pour encadrer les violences sexuelles dans les écoles, déplore un groupe d’intervenantes qui accompagne des élèves du secondaire».

Les personnes responsables «du traitement des plaintes dans les écoles n’ont pas nécessairement la formation requise pour accueillir les dénonciations de violences sexuelles, précise la députée Christine Labrie, de Québec solidaire. Elle a déposé cet automne un projet de loi visant à créer une structure pour encadrer les violences sexuelles dans les écoles».

« Il ne suffit pas de développer un mécanisme de plainte. Il faut aussi former le personnel et sensibiliser les élèves. Je sens une bonne volonté du gouvernement en matière de violences sexuelles. Le projet de loi sur les tribunaux spécialisés en violence conjugale et sexuelle a été adopté. Il faut maintenant aller plus loin et protéger les élèves dans les écoles », dit la député solidaire de Sherbrooke.

Pour lire l’article complet: https://www.ledevoir.com/societe/education/650787/education-le-nouveau-protecteur-de-l-eleve-pour-encadrer-les-violences-sexuelles-ne-fait-pas-l-unanimite



Laisser un commentaire