JUDITH DESMEULES

Malgré une interdiction de contact émise par la cour entre Nathalie Piché et Noureddine Minoumi, ce dernier est accusé de meurtre au second degré de la femme de 55 ans. Le retrait d’accusations de voies de fait, menaces de mort et séquestration au profit d’un engagement à ne pas importuner Nathalie Piché «remet une fois de plus en question l’efficacité du mandat de paix pour protéger les femmes».

«Réveil difficile ce matin en apprenant qu’un autre féminicide a eu lieu. Je pense que c’est important de mettre quelque chose au clair : les chicanes de couple ne mènent pas à des féminicides. C’est le contrôle coercitif exercé par des hommes qui considèrent les femmes comme des objets qui mène à des féminicides», a souligné la députée solidaire Christine Labrie sur Facebook, mardi.

«Condamnons tous les comportements d’objectification. Et si vous pensez que les femmes sont des êtres à votre service qui n’existent que pour vous plaire et satisfaire vos besoins, soignez-vous», a-t-elle aussi ajoutée.

Pour lire l’article complet: https://www.lavoixdelest.ca/actualites/le-fil-groupe-capitales-medias/femme-assassinee-a-quebec-le-presume-meurtrier-devait-rester-loin-de-la-victime-072bebd43c69a5019a135cbc6c2a3f98

Laisser un commentaire