HUGO PILON-LAROSE

Face à la pénurie de places en garderies et en CPE partout à travers la province, le ministre de la Famille Mathieu Lacombe convient que le départ de milliers d’éducatrices en milieu familial est dû aux revenus insuffisants et à la lourdeur administrative. Pour freiner l’exode des éducatrices, le gouvernement débloque 200 millions sur cinq ans pour offrir de l’aide financière et aussi des incitatifs financiers pour ceux et celles souhaitant intégrer le réseau en ouvrant un service de garde en milieu familial.

Selon plusieurs, cette annonce est bien accueillie, mais arrive un peu tard. La députée de Sherbrooke Christine Labrie souhaite voir les salaires et les conditions de travail des éducatrices bonifiés et souhaite que le gouvernement caquiste respecte ses engagements:
« Les bris de services, on les voit venir depuis longtemps. Pendant que le ministre dit aux parents d’être patients et de lui faire confiance pour la création de places, il n’est même pas en mesure d’assurer le service pour les places existantes. Comment lui faire confiance quand chaque jour qui passe sans bonification des conditions des éducatrices nous démontre qu’il n’est pas pressé de régler la pénurie ? Il va falloir que la CAQ arrête de blâmer les autres pour le problème et qu’ils comprennent que c’est à eux de le régler ».

Pour lire l’article complet: https://www.lapresse.ca/actualites/education/2021-06-03/bris-de-services-dans-les-garderies/on-est-devant-une-tempete-parfaite-dit-mathieu-lacombe.php

Laisser un commentaire