HUGO PILON-LAROSE

« On pourrait envisager plusieurs options, soit de prévoir une rétroactivité d’un certain nombre d’années, ou de dire que la rétroactivité s’applique à partir du moment où c’est devenu un acte criminel. J’espère vraiment que le ministre aura de l’ouverture. Sinon, ça envoie le message aux personnes dans cette situation-là qu’elles doivent attendre que le projet de loi soit adopté pour aller chercher de l’aide », a dénoncé à son tour la députée solidaire Christine Labrie. 

Pour consulter l’article complet : https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/2021-01-21/reforme-de-l-ivac/quebec-accuse-d-etre-sans-coeur-aupres-de-certaines-victimes.php.

Laisser un commentaire