Par MARIE-CHRISTINE BOUCHARD

Sherbrooke – « Dans son allocution, le ministre Roberge n’a rien dit, pas une phrase, à propos des mesures de rattrapage. C’est comme si son postulat de base était : si l’école est ouverte, ça va être comme d’habitude. Mais non, ce ne sera pas comme d’habitude dans les écoles du Québec », estime la députée de Québec solidaire Christine Labrie.

En effet, plus de la moitié des élèves du primaire du Québec ne sont pas retournés en classe depuis le mois de mars dernier. Aucun élève du secondaire n’a remis les pieds dans son école. « Les élèves qui prendront le chemin de l’école vers la fin août auront donc des besoins accrus, que ce soit au niveau académique, pour la gestion de l’anxiété ou du côté de la santé mentale. Les centres de service scolaires vont avoir besoin de support pour la rentrée », soutient la députée de Sherbrooke Christine Labrie, porte-parole de Québec solidaire en matière d’éducation.

« Ça fait deux fois que le ministre nous présente un plan pour la rentrée, et ça fait deux fois qu’il oublie le rattrapage. C’est vraiment consternant. Est-ce qu’il a oublié que sa responsabilité numéro un, en tant que ministre de l’Éducation, c’est d’assurer la réussite des élèves? C’est bien beau un plan qui nous indique quelles seront les mesures sanitaires appliquées dans nos écoles, ce qui est le rôle de la Santé publique, mais le ministre Roberge ne nous a rien présenté pour le rattrapage pédagogique et pour le soutien aux élèves », ajoute Mme Labrie.

« Dès le dépôt du premier plan, en juin, les parents et les enseignants déploraient déjà le manque de mesures de soutien pédagogique et de rattrapage. Les spécialistes s’inquiètent du décrochage depuis des mois. Aujourd’hui, à deux semaines d’une rentrée hors de l’ordinaire, on se fait encore dire que ça va venir ultérieurement! Je m’attendais à ce que ce soit le principal ajout au plan, et ça m’inquiète énormément que rien ne soit encore prévu », précise la députée de Sherbrooke.

La conférence de presse du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a aussi laissé de nombreuses questions sans réponse pour les élèves, leurs parents et les équipes-écoles.

« Si on veut éviter une rentrée catastrophique, il faut mettre les bouchées doubles et augmenter le nombre de professionnels et de personnel de soutien dans nos écoles. Il faut également soutenir financièrement les organismes d’aide au décrochage et assurer le maintien des cours à option et des activités parascolaires, qui permettent souvent aux jeunes de se raccrocher à l’école. Il y a une limite à croire en la magie. Les équipes-écoles ne pourront pas contrer les impacts de six mois d’absence à l’école sans moyens supplémentaires », ajoute Christine Labrie.

Le ministre a déclaré lors du point de presse que le volet académie de son plan de la rentrée serait présenté « ultérieurement ». « Cet ultérieurement, je l’ai un peu en travers de la gorge. Il faut que ce soit cette semaine. C’est urgent, ça ne peut pas attendre plus longtemps », insiste Mme Labrie.

Lien vers l’article: https://www.latribune.ca/actualites/-et-le-plan-pour-le-rattrapage-lui–demande-christine-labrie-60cac1d023e475db799244be1fb60c88

Laisser un commentaire