PAR MATHIEU BÉLANGER

L’appel à une vaste consultation nationale sur l’après-crise lancée par une cinquantaine d’universitaires de partout au Québec a recueilli plus de 400 signatures sur le site de l’Assemblée nationale, lundi. Pour le ministre de la Famille et responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, et le porte-parole libéral en matière de santé, André Fortin, il est évident qu’une réflexion s’imposera, mais pour l’instant, les efforts de l’État doivent être mobilisés à sortir de la crise dans laquelle le Québec est plongé depuis le mois de mars.

La députée solidaire de Sherbrooke qui parraine la pétition lancée par trois étudiants de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), Christine Labrie, est plutôt d’avis qu’il n’est pas trop tôt pour amorcer une réflexion collective de cette ampleur. «Il faut commencer à définir les balises dans lesquelles on veut voir le Québec avancer, dit-elle, surtout qu’il y a déjà des décisions majeures pour la relance qui sont prises par le gouvernement. Ce sont des décisions dont on va garder les fruits et vivre avec les conséquences pendant plusieurs années.»

Le ministre Lacombe reconnaît que de «sérieuses réflexions sur l’avenir» devront avoir lieu. «Le premier ministre l’a d’ailleurs déjà dit: il faut tirer des leçons de cette crise, notamment pour la production locale de certains biens essentiels, comme l’équipement médical et les médicaments. Par contre, il faut présentement que toute notre énergie soit concentrée à gérer la crise.»

 André Fortin n’a pour sa part pas voulu émettre de commentaire sur l’appel à la discussion faite par les universitaires. «On est encore dans l’analyse des décisions prises aujourd’hui et qui ont des répercussions immédiates et majeures sur les Québécois et dans la proposition de mesures pour le court et moyen terme, a-t-il cependant ajouté. Rapidement, on tombera dans l’analyse de la meilleure façon de préparer la société post-COVID, ça devra inévitablement être fait.»

Pas pour « un retour à la normale »

Mme Labrie a accepté de parrainer la pétition sur le site de l’Assemblée nationale parce qu’elle dit constater que le besoin d’une telle discussion nationale, qui était là bien avant la crise de la COVID-19, n’a fait que grandir depuis le début de la pandémie. «De plus en plus de gens souhaitent qu’on saisisse cette opportunité-là, pas pour revenir à la normale, mais pour réfléchir à comment on veut transformer notre société pour l’avenir», note-t-elle.

Quelle forme prendra éventuellement cette réflexion collective pour laquelle tout le monde semble s’accorder sur la pertinence? «C’est sûr que des réflexions comme ça, menées par des organismes indépendants qui n’ont pas été sollicités par l’État, ça n’a aucune garantie que ce sera pris en considération, affirme Mme Labrie. Ce qu’il faudrait c’est que ce soit l’État qui lance ce chantier de réflexion et qu’il en confie la responsabilité à un organisme indépendant. Il doit y avoir un lien avec le gouvernement pour s’assurer d’éviter que ça se solde par un beau grand rapport qui ne serait pas utilisé par personne.»

Conciliation famille-travail

Le ministre Lacombe ne s’avance évidemment pas sur la façon dont le Québec s’y prendra pour réfléchir à son avenir, mais il soutient qu’«une réflexion à long terme sur la gestion du temps des familles» s’avérera essentielle. Selon lui, «les parents et les employeurs ont dû faire preuve d’indulgence depuis des mois, notamment avec le télétravail et cette crise nous permet aujourd’hui de réfléchir à des mesures favorisant une meilleure conciliation famille-travail à long terme».

La députée solidaire de Sherbrooke estime aussi que le télétravail s’impose maintenant comme un élément sur lequel la population doit être invitée à réfléchir, mais que des sujets comme la mobilité, le transport, l’éducation et la livraison des soins de santé doivent se retrouver au centre des intérêts futurs.

«Les emplois dans les secteurs des soins, de la santé et des services sociaux sont souvent occupés par des femmes et offrent de mauvaises conditions de travail, affirme Mme Labrie. Ça occasionne des pénuries de personnel. En santé, on le sait depuis des années, en éducation et dans les services à la petite enfance aussi, mais la pandémie est venue aggraver ça. Comment veut-on bonifier les conditions de travail dans toutes nos infrastructures de santé et de services sociaux? Ce sont des emplois qui, on le remarque, sont très importants pour la société, mais qui sont dévalorisés et qui ne bénéficient pas des conditions de travail qu’ils devraient.»

Lien vers l’article: https://www.lesoleil.com/actualite/covid-19/consultation-nationale-dabord-gerer-la-crise-ensuite-les-serieuses-reflexions-dit-mathieu-lacombe-86acdd35de9e0d47c6045fc3aac29bd9

(c) Michelle Boulay pour Spectre Média

Laisser un commentaire