Par DAPHNÉ DION-VIENS et GENEVIÈVE LAJOIE

Après avoir soulevé un tollé la semaine dernière, Québec écarte définitivement le scénario de l’école à distance pour les ados du secondaire cet automne et envisage plutôt un retour en classe pour tous les élèves, à temps complet ou à temps partiel.

Les élèves du primaire étaient de retour en classe le lundi 11 mai, comme ici à l’école du Harfang-des-Neiges, à Stoneham.

Les jeunes du secondaire seront de retour en septembre. Le ministre Jean-François Roberge ne cache pas sa préférence et son leitmotiv. « Mon plan A, c’est de les ouvrir à temps plein, mon plan B, c’est de les ouvrir à temps partiel », a-t-il soutenu en entrevue.

 Québec a présenté jeudi aux acteurs du réseau de l’éducation deux scénarios pour la rentrée scolaire de septembre (voir plus bas). Dans les deux cas, la fréquentation scolaire est obligatoire, hormis de rares exceptions pour des raisons de santé. Un plan qu’il est ouvert à bonifier.

L’école à distance, pour les élèves du secondaire cet automne, est complètement écartée. Le ministre de l’Éducation dit avoir « assez d’assurance pour ne pas mettre le scénario sur la table ».

Évidemment, le Québec n’est pas à l’abri « d’une flambée de la pandémie imprévue, incontrôlée, mais ce n’est pas ce qui est anticipé », insiste-t-il.

Conséquences néfastes  

Jean-François Roberge se dit très conscient des conséquences néfastes de la fermeture des établissements scolaires sur les jeunes Québécois.

C’est pourquoi il veut consulter les responsables de l’organisation scolaire pour trouver le moyen de garantir un milieu de vie sain et sécuritaire avec 100 % des élèves dans les classes.

 « Je ne suis pas un spécialiste de la santé, un pédiatre ou un épidémiologiste, mais je sais que d’un point de vue psychologie de l’enfance et d’un point de vue apprentissage, plus les élèves ont une fréquentation scolaire, plus ils voient leurs profs, plus ils voient leurs amis, plus ils ont un accès aux professionnels, mieux ils se portent. » Le plan de la rentrée scolaire de l’automne doit être prêt tôt en juin pour donner le temps aux directions d’écoles et aux enseignants de se préparer avant de partir pour les vacances estivales, dit le ministre. La santé publique devra aussi donner son accord.

ÉCOUTEZ l’entrevue avec la députée solidaire Christine Labrie à QUB radio : https://omny.fm/shows/les-effrontees/christine-labrie-le-droit-l-ducation-nest-pas-resp

Soulagement

Soupir de soulagement des partis d’opposition, qui craignaient que le gouvernement Legault ne revienne avec son idée de rentrée scolaire uniquement à distance en septembre.

 Libéraux, péquistes et solidaires sont d’avis que le droit à l’éducation n’est pas respecté pour tous les élèves avec la formule actuelle d’apprentissage à distance.

Les profs préfèrent aussi être physiquement en classe avec les élèves pour les motiver, signale la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, Josée Scalabrini.

 Elle privilégie une rentrée scolaire à temps partiel. 100 % des élèves en classe, cela ne permettrait pas de respecter la distanciation physique.

 « Ça me surprendrait qu’en quelques semaines, le “deux mètres” disparaisse complètement. Donc la rentrée pour tout le monde en même temps, on peut en douter, mais c’est la santé publique qui va nous le dire.»

Lien vers l’article: https://www.journaldequebec.com/2020/05/21/voici-les-deux-scenarios-presentes-par-quebec-pour-le-retour-en-classe-a-lautomne

Laisser un commentaire