Fanny Lachance-Paquette 

Les élus estriens ont dû changer, eux aussi, leurs méthodes de travail pour s’adapter aux mesures de confinement mises en place par le gouvernement du Québec pour contenir la pandémie de COVID-19. Toutefois, travailler de la maison ne signifie pas des journées de tout repos.

Au coeur des décisions gouvernementales

«[ Les journées] commencent très tôt et elles se terminent très tard» , s’exclame le députée de Compton-Stanstead et ministre canadienne de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau. Depuis le début du confinement, son emploi du temps est partagé entre la maison où elle fait du télétravail et le bureau de comté, à Lennoxville, où elle doit se rendre pour utiliser la ligne sécurisée lors des rencontres du Cabinet du gouvernement de Justin Trudeau.

En plus des rencontres avec les autres ministres, où ils tentent de limiter les impacts de la crise sur les Canadiens et les entreprises, Marie-Claude Bibeau collabore hebdomadairement avec la députée libérale de Sherbrooke, Élisabeth Brière. Ensemble, elles font l’état de la situation dans leur région avec les divers organismes touchés par la situation et les 36 municipalités de leur comté.

Les appels des citoyens se sont faits nombreux au cours des dernières semaines. Avec les membres de son équipe, la députée répond aux très nombreuses interrogations des citoyens sur la prestation canadienne d’urgence, aux entreprises qui veulent savoir si elles ont droit aux subventions salariales et qui veulent plus d’informations sur les divers programmes mis en place.

Certaines entreprises se demandent aussi comment elles peuvent offrir leurs produits et leurs services dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Et, enfin, il y a les Canadiens à l’étranger qui veulent un coup de pouce pour rentrer au pays.

Mais ce dont la ministre de l’Agriculture entend le plus parler, ce sont les besoins criants de main-d’oeuvre. «Déjà il y avait une situation de pénurie de main-d’oeuvre, mais maintenant avec la maladie, avec l’absentéisme, avec les mesures de distance sociale, ça diminue la production… », explique Marie-Claude Bibeau. Elle invite d’ailleurs les personnes en bonne santé, à la recherche d’un emploi, à prêter main-forte au secteur agroalimentaire.

N’OUBLIER AUCUN CITOYEN

Pour la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, l’heure est au soutien de la communauté.

Beaucoup de citoyens ont contacté la députée solidaire pour lui faire part de leurs inquiétudes financières. «On reçoit beaucoup de demandes de citoyens, beaucoup qui tombent entre les craques des différentes prestations annoncées jusqu’à maintenant et qui vont avoir du mal à payer leur loyer, à payer leur épicerie», se désole Christine Labrie.

« On reçoit à chaque jour [en demandes] ce qu’on a l’habitude de recevoir en une semaine environ. » — Christine Labrie, députée solidaire de Sherbrooke

La députée répond aux questions des Sherbrookois «le plus rapidement [possible] y compris la fin de semaine». Le défi, souligne Mme Labrie, réside parfois dans le fait que la réponse n’existe pas encore; les mesures gouvernementales étant mises en place au fil des difficultés rencontrées. À cela s’ajoute le défi du télétravail avec trois enfants à la maison.

Des impacts à tous les paliers

 Bien que la gestion de la crise sanitaire de la COVID-19 ne soit pas du ressort municipal, la situation a des répercussions dans le travail quotidien du conseiller municipal Vincent Boutin

Même s’il n’est pas au cœur des plans d’action pour contrôler la propagation du virus sur le territoire, le conseiller du district Quatre-Saisons a dû rassurer ses citoyens à la suite de l’éclosion de COVID-19 à la Résidence Soleil Manoir Sherbrooke. «C’est comme si la COVID-19, ça devenait réel maintenant qu’il y en avait chez nous. […] Il y avait une peur qui s’installait ,» relate-t-il.

Puisqu’à la Ville de Sherbrooke la majorité des employés font du télétravail, les dossiers sur lesquels travaille Vincent Boutin suivent leurs cours. Selon lui, la prochaine étape sera de voir comment la Ville de Sherbrooke peut limiter l’isolement social et tenter «d’avoir une quotidienneté malgré ce qui nous arrive.»

Lien vers l’article: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1690358/elus-labrie-boutin-bibeau-sherbrooke-depute-covid

Laisser un commentaire