Les élus sont divisés quant à la possibilité de manifestations de désobéissance civile du groupe Extinction Rebellion qui est arrivé à Sherbrooke en fin de semaine. Si certains comprennent que des environnementalistes prennent des actions plus fortes, d’autres aimeraient que le groupe continue de sensibiliser sans trop déranger (…)

De son côté, la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, n’est pas surprise que des organisations passent en deuxième vitesse. « Des manifestations, il y en a eu. On n’a pas vu de réaction significative des gouvernements. Un moment donné, on se demande à quoi ça sert de marcher. Moi, tant que ça reste pacifique, je ne le condamnerais pas. Ce qui est à condamner, c’est l’inaction des gouvernements », commente celle qui a été élue sous la bannière de Québec solidaire. « Moi, mon rôle de députée est de surveiller l’action gouvernementale et de m’assurer que des gestes sont posés face à la crise climatique, enchaîne-t-elle. Moi, ce que je vois, c’est un gouvernement qui a reconnu récemment l’urgence, mais n’agit pas. C’est condamnable. » (…)

Christine Labrie

Pour les transports en commun, la députée Christine Labrie pense que Sherbrooke devrait avoir un coup de pouce de Québec. « Le gouvernement est assez silencieux sur ce qui s’en vient en matière de transports en commun, surtout en région. Ils ont annoncé des investissements pour Montréal et pour Québec. Pour les régions, c’est comme si, du point de vue de la CAQ, ça n’existait pas le transport en commun. Les besoins sont là, aussi. Les gens sont prêts à changer leurs habitudes de vie, mais on ne peut pas leur demander de remplacer [l’auto] par rien. […] Quand on habite une ville comme Sherbrooke, ce n’est pas normal que ça prenne 1 h 15 pour se rendre au travail. »

Pour lire l’article au complet : https://www.latribune.ca/actualites/les-elus-divises-sur-les-gestes-de-desobeissance-civile-de-xr-d57a990627cc18a2be8bca5656618dbc

© Marie-Lou Jolin

Laisser un commentaire